Avec le soutien du programme de traduction franco-allemand de la MSH.

Cet ouvrage est de première importance pour les sciences et la philosophie sociales. Au travers d’un panorama d’ensemble de toute la tradition de la Théorie critique, de Max Horkheimer à Jürgen Habermas, Axel Honneth y élabore en effet les linéaments d’un chemin conceptuel propre tout en tirant certaines conséquences déterminantes pour la suite de son travail, lequel l’a conduit par la suite à l’élaboration de sa désormais célèbre théorie de la « reconnaissance sociale ». C’est aussi dans Critique du pouvoir qu’Axel Honneth développe son importante critique à l’encontre de la conception irénique de la société de Habermas, en insistant sur la nécessité de développer une théorie du conflit et de la lutte.
Mais cet ouvrage offre surtout une lecture tout à fait singulière de l’œuvre de Michel Foucault, dont il inscrit la contribution dans la filiation de la Théorie critique de l’École de Francfort. La relation entre Foucault et la Théorie critique, souvent évoquée sans être vraiment discutée, trouve ici une explicitation remarquable. En Allemagne, Critique du pouvoir a joué un rôle essentiel dans la réception de l’œuvre de Foucault, dans le contexte polémique de la tension entre Habermas et le postmodernisme français.

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s