Le savoir est précaire, constamment en danger, souvent marginal – voici l’intuition qui précède ce livre. Précarité matérielle, car les livres disparaissent, ils sont brûlés, ils restent manuscrits, ils se perdent en route ; précarité institutionnelle car les esprits libres se trouvent souvent en marge du milieu légitime des savants ; précarité des champs disciplinaires en raison des mouvances qui affectent la qualification d’un savoir, entre orthodoxie et hétérodoxie, entre conviction et distance, entre compilation et opinion ; précarité de la figure même du savant, entre cryptage et passion, sociabilité et marginalité.

Reposant sur une érudition étourdissante et polyglotte, ce livre construit à la manière d’un film de Robert Altman une suite d’« histoires partielles » passionnantes, proches souvent de la micro-histoire. Situé autour de 1700, tournant central pour l’histoire des sciences et des idées, Mulsow se concentre sur le milieu de la Frühaufklärung allemande tout en tissant des liens avec Venise aux xvie et xviie siècles, l’Angleterre, ou la France de Louis XIV. Ainsi, Martin Mulsow se donne les moyens de sa « nouvelle histoire des idées » en mariant plusieurs approches et en considérant aussi bien des milliers de pages de notes manuscrites que des images, des tableaux, des archives. Chemin faisant, Mulsow ne construit pas un nouveau « grand récit » de la pensée mais ouvre plutôt sur des multiples décentrements qui relativisent les grands récits de la modernité. Il en résulte un livre dont la lecture procure le sentiment rare d’avoir à penser désormais autrement.

Martin Mulsow, né en 1959, a étudié la philosophie, la littérature allemande et l’histoire à Tübingen, Berlin et Munich. Depuis 2008, il est professeur des Cultures savantes en Europe à l’époque moderne à l’université d’Erfurt et directeur du Centre de recherches en sciences humaines et sociales à Gotha. De 2005 à 2008 il a enseigné à l’université Rutgers aux États-Unis. En 2016 il a été nommé membre de l’Académie des sciences à Berlin-Brandebourg.
Ses travaux de recherches ont été recompensés de nombreux prix.

Martin Mulsow: Savoirs précaires. Pour une autre histoire des idées à l’époque moderne.

Traduit par Laurent Cantagrel, Loïc Windels.

Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris
ISBN-10 2735124304
ISBN-13 9782735124305

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Google Foto

Du kommentierst mit Deinem Google-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s