Avec le soutien du programme de traduction franco-allemand de la MSH.

Dans ce livre, Horst Bredekamp tente de comprendre un paradoxe qui hante la pensée de l’image depuis toujours : l’image, en tant qu’artefact créé par les humains, ne possède pas de vie propre, et pourtant elle développe une présence, une puissance, qui emporte celui qui la regarde – comme en témoigne la longue controverse sur la force des images, de l’iconoclasme byzantin ou protestant jusqu’à la destruction des bouddhas de Bâmiyân. Platon, Léonard de Vinci, Lacan, Heidegger, Warburg : nombreux sont ceux qui ont tenté de percer ce mystère de la puissance effective de l’image.
De la statuaire grecque jusqu’aux performances scéniques de Michael Jackson en passant par les automates, les tableaux vivants et l’œuvre de Niki de Saint-Phalle, Horst Bredekamp analyse plus de deux cents images afin de déployer une théorie originale et ambitieuse, celle de l’acte d’image. Conçue pour faire écho et contrepoint à la célèbre théorie de l’acte de langage, initiée par Searle et Austin, elle analyse la puissance spécifique recelée par l’image. Il n’y a alors pas d’autre choix que de replacer l’image au même niveau que le langage (et l’écriture) dans notre pensée de l’humain et de son histoire, de ses origines à nos jours.
Traduit dans plusieurs langues, le livre de Horst Bredekamp est déjà une référence incontournable dans des disciplines aussi variées que la philosophie, la théorie esthétique, l’histoire de l’art et les études culturelles.

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s