Le workshop „Pluralité des langues et recherche en sciences humaines et sociales“ a eu lieu du 10 au 12 octobre 2016  à la Villa Vigoni.

La question principale que notre workshop se donne d’examiner est celle de la place actuelle accordée à la traduction dans la production et la diffusion des savoirs en sciences humaines et sociales et plus précisément dans le domaine des revues et la publication en ligne. En partant de l’idée que la traduction est elle-même productrice de savoirs et, en conséquence, requiert un statut épistémologique particulier, nous questionnerons  l’influence de la traduction sur l’émergence de nouvelles connaissances et sur la révision de connaissances existantes. Cette réflexion générale et théorique sur l’épistémologie de la traduction sera cependant orientée vers un objectif concret et pratique à savoir une première ébauche de projet pour une nouvelle revue plurilingue et axée sur la traduction qui répondrait au contexte éditoriale contemporain marqué par la prédominance de l’anglais comme langue scientifique, le développement de l’édition numérique, du travail collaboratif ou de l’Open Access.

Notre discussion analysera dans un premier temps la situation scientifique et politique actuelle du paysage intellectuel franco-allemand pour s’ouvrir dans la suite d’avantage  sur d’autres contextes linguistiques et aires géographiques. S’il est vrai que l’échange intellectuel entre la France et l’Allemagne s’est inscrit pendant des décennies dans le contexte historique précis et complexe de l’après-guerre, la réalité politique et éditoriale semble aujourd’hui bien changée. Ce n’est plus un échange bilatéral entre deux pays qui alimente le renouveau intellectuel mais la circulation des savoirs à l’échelle mondiale. Malgré ce constat indéniable, y-aurait-il encore des raisons pour maintenir des projets éditoriaux concentrés sur le franco-allemand et des projets de traduction qui opposent un original et sa traduction ? Ou bien, ne faudrait-il pas au contraire décloisonner ce binarisme de la traduction en la considérant plutôt comme force génératrice de discours à la fois apparentés et divergents ? Comment s’imaginer alors concrètement une telle revue plurilingue ? Quels seraient ses modes opératoires, ses thématiques, ses objectifs, ses horizons et ses possibles modèles économiques ?

Ce workshop est organisé par Falk Bretschneider (EHESS/MSH), Franziska Humphreys (EHESS/MSH) et Rainer Maria Kiesow (EHESS) à la Villa Vigoni, Loveno di Menaggio.

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s